Les principaux sites du Cambodge

Siem-Reap
 

La capitale du Cambodge fut surnommée par le passé « la perle de l’Asie du Sud Est ».

 

A l’époque de la colonisation, les français érigèrent de nombreux bâtiments et tracèrent de grandes avenues tout en mettant en valeur les trésors architecturaux khmères, les travaux d’embellissement furent poursuivis lors de l’indépendance.

 

Durant la période khmère rouge la ville fut en grande partie dévastée, et, de nombreux édifices, notamment religieux furent rasés.

 

Après la guerre, la pauvreté des cambodgiens était immense, et la ville à l’image du profond traumatisme qu’avait subi ce peuple.

 

Aujourd’hui encore, Phnom Penh présente de forts contrastes, souvent choquant, entre les conditions extrêmement précaires de survie d’une bonne partie de la population et le nombre grandissant de voitures luxueuses et de quartiers en pleine rénovation.

 

Toutefois, la ville est en train de retrouver son charme, avec ses petits et grands marchés animés et colorés, ses monuments principaux remis en valeur, son quai Sisowat et les nombreux bars, restaurants et échoppes qui le parcourent.

 

Phnom Penh mérite largement que l’on prenne le temps de sentir l’atmosphère très « indochinoise » typique à cette région de l’Asie du Sud Est.

 

Siem-Reap
 

Siem Reap se situe à trois cents kilomètres au nord-ouest de Phnom Penh. Elle est la porte d’entrée pour accéder aux fameux et fabuleux temples d’Angkor. Cette ville, longtemps endormie, connaît désormais un essor fulgurant, victime de son succès et de l’intérêt mondiale que suscitent la découverte et la visite des temples d’Angkor.

 

Toutefois, le centre-ville est assez préservé des constructions anarchiques et peu respectueuses de l’environnement local.

 

La visite d’Angkor et ses nombreux temples donnent une bonne idée de ce que fut la richesse de l’empire Khmère et de sa culture.

 

L’accès au site se trouve à huit kilomètres de la ville de Siem Reap. Les temples peuvent être distants de plusieurs kilomètres.

 

Au moins trois jours sont nécessaires pour faire le tour des principaux monuments mais quelques jours supplémentaires peuvent permettre de découvrir des sites moins connus, plus éloignés et de prendre le temps d’apprécier la beauté de ce trésor de l’humanité.

 

battambang
 

Deuxième ville du pays, Battambang se situe sur les bords de la rivière Sangker.

 

Le charme de cette ancienne capitale réside avant tout dans son architecture coloniale très bien préservée. Mais elle est aussi un très bon point de départ pour visiter des villages et les nombreux temples de la période pré angkorienne se situant dans les environs.

 

Il est également possible de rejoindre Siem Reap par voie fluviale. Le trajet sur la rivière Stung Sangker permet de découvrir les très beaux paysages de la campagne cambodgienne.

 

Rattanakiri-et-Mondolkiri
 

Ces deux régions de l’est du Cambodge offrent au voyageur une plongée dans la nature et la découverte de minorités ethniques.

 

La province de Ratanakiri, au nord-est du pays, n’est pas très facilement accessible mais elle renferme bien des trésors. Une douzaine d’ethnies Khmer Loeu vivent dans cette province et ont conservé leur mode de vie traditionnel. Ils vivent de la culture sur brûlis, de la chasse et de la cueillette.

 

Le chef-lieu de cette province est la ville de Ban Lung qui a conservé un joli quartier colonial remontant à l’époque où elle s’appelait Labantié.

A quatre kilomètres de Ban Lung se trouve le surprenant lac de Yaclom qui a la forme d’un cercle presque parfait.

 

Le Mondolkiri est très différent du reste du Cambodge. La nature y est superbe avec ses hauts plateaux vallonnés, ses forêts, ses cascades ainsi qu’une faune rare.

 

Les Khmers Loeu peuplent cette région et entretiennent des rapports étroits avec la nature.

 

Sen Monorom est le chef-lieu de cette province, c’est tout juste un gros village mais rempli de charme. A proximité, on peut découvrir de belles cascades et plusieurs villages de tribus où il est possible de séjourner.

 

Sihanoukville,-Kampot,-Kep-OK
 

Situé à deux cent trente kilomètres au sud de Phnom Penh, Sihanoukville offre des plages de sables blancs et des îles tropicales à quelques encablures du rivage.

 

Depuis ces dernières années, la ville connaît un essor touristique très important et de nombreux projets de développement sont en cours d’étude ou de réalisation.

 

A proximité immédiate de Sihanoukville se trouve le parc national de Ream (ou Preah Sihanouk) constitué de forêts et de mangroves. La faune y est très riche et permet de découvrir une multitude d’oiseaux.

 

Kep ne se situe qu’à vingt-cinq kilomètres de Kâmpôt. Cette station balnéaire fut fondée au début du 20ème siècle par les français qui en firent leur lieu de villégiature privilégié en bord de mer.

 

La riche bourgeoisie cambodgienne prit la relève et contribua également au développement de la ville jusque dans les années 60.

 

Malheureusement la plupart des bâtiments de l’époque coloniale ou construits pas les riches cambodgiens furent détruits ou très endommagés par les khmères rouges.

 

Les petites îles en face de Kep sont très agréables pour y plonger avec masque et tuba et découvrir de petites plages de sable blanc.